Actualité

Ralentir la maladie de Parkinsons grâce au sexe

Des chercheurs italiens ont décidé de mener cette étude pour nous. Ils ont révélé que la maladie de Parkinsons aurait moins de conséquence chez les hommes dont le sexe était omniprésent. Autrement dit, faites l’amour sans compter !

Le sexe : une influence positive sur la maladie de Parkinson ?

C’est l’objet d’étude de chercheurs italiens. En effet, ils ont prouvé que le fait d’avoir une vie sexuelle active aiderait à avoir une influence positive contre le développement de la maladie de Parkinson. En tout cas, les premiers résultats des études ont démontré cela. Les chercheurs viennent de l’université de Salerno en Italie. Pendant deux ans, ils ont décidé de mener une enquête sur la vie sexuelle de 355 patients atteints de Parkinsons. On peut dire que le résultat est vraiment bluffant.

La perte de motricité est moindre

Les conclusions de la recherche des scientifiques sont unanimes là-dessus : la maladie de Parkinsons évolue plus doucement et la perte de motricité est plu faible chez les personnes actives sexuellement. Aussi, il y a d’autres symptômes typiques de la pathologie neurodégénérative qui sont moins sévères chez les hommes plus actifs que d’autres.

Dans tous les cas, ce n’est pas la première fois que l’on constate que le sexe a une influence positive sur la santé des personnes en général.

Et la femme dans tout ça ?

La vie sexuelle influence l’évolution de la maladie de Parkinson mais on n’a pas encore trouvé pourquoi les bénéfices ne sont pas les mêmes que du côté de la gente féminine.

La 1ère hypothèse est que peut-être il y avait plus d’hommes que de femmes parmi les patients. Aussi, les symptômes ne se ressemblent pas chez l’homme et chez la femme. De plus, ces dernières sont plu pudiques question sexe que du côté masculin.

Les chercheurs n’excluent pas le fait d’utiliser le sexe comme un outil pouvant influencer la maladie de parkinsons.